POUCE, BASTA, en fait, je suis moi

homme pouce

Je vous avais annoncé la semaine dernière un programme passionnant : répondre à cette vaste question : Est-ce que suis à ma place ? (Dans mon boulot s’entend.)

Oui, c’est intéressant, c’est passionnant mais ce sera…pour la fin de semaine, car aujourd’hui, on va dire que c’est « lâcher prise », je dis « POUCE, BASTA, en fait, je suis moi ».

 

Léger froncement de sourcil ?

Je m’explique : je réagis aux injonctions de comportement parfait qui nous entourent ; vous connaissez peut-être dans la catégorie des livres pour enfants « Princesse Parfaite », l’histoire de cette petite princesse à qui on demande de réussir en tout et qui revendique juste…d’être elle-même.

 

Vous cherchez du boulot ? vous souhaitez suivre un nouveau chemin, monter un projet ?

Etape numéro 1 : ça veut dire savoir où vous voulez allez. On en parle suffisamment (c’est même mon modeste gagne-pain) pour savoir qu’un projet professionnel qui coche toutes les cases, ça ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval et que déjà ça demande du boulot. C’est prendre le temps et l’énergie de revenir sur son parcours personnel et professionnel pour recenser ses RESSOURCES. Faire une réflexion de connaissance de soi. Accepter de faire un compromis entre ce que l’on veut faire et ce que l’on peut faire. En clair, faire un choix, et c’est bien connu, choisir, c’est renoncer… Cool

Etape numéro 2 : donner de la réalité à mon projet professionnel. Ça veut dire bien sûr qu’il faut être super motivé tous les matins, se poser des questions sans se laisser déstabiliser, oser parler de soi, accepter les observations de ceux qui savent mieux que vous, … c’est cool.

Ensuite, il faut être proactif et co-mmu-ni-quer : Aller vers des personnes qu’on ne connaît pas sans les déranger et réussir à se faire recommander auprès de nouvelles personnes. Et rebelotte, sans toujours savoir où ces rencontres nous amènent. Mais cool.

Saisir la balle au bond, ne pas laisser filer les opportunités qui se présentent même si ce n’est pas écrit dessus « OPPORTUNITE QUI SE PRESENTE ». C’est la serendipité, c’est cool.

Il faut bien sûr apprécier l’instant, être heureux de toutes ces petites choses qui font notre quotidien : la mélancolie d’une goutte d’eau sur le pare-brise, le vide existentiel d’une ramette d’imprimante vide. Cool la vie.

Le grand gimmick, c’est « sortir de sa zone de confort ». Jusque-là tout va bien. Sortir d’un chemin balisé, se donner la liberté de se réaliser autrement. C’est vraiment super. Mais sortir de sa zone de confort ne signifie pas…100% d’inconfort !

Bref, il faut être la petite princesse parfaite, répondre aux injonctions ambiantes des personnes cool qui nous disent comment on doit se comporter selon les standards du moment : se lever aux aurores, se donner des challenges, être dans l’empathie, lire plutôt que regarder la télé… Formidablement cool !

La semaine dernière, j’assistais à un évènement censé me permettre de rencontrer les responsables du développement de grosses boîtes. Super motivée, je me présente en sachant que l’organisation était douteuse, donc qu’il y avait un aléa pour que je rencontre ces personnes. Je fais tout bien : je me présente, j’explique, je souris, j’attends, je me re-présente, je re-souris. Jusqu’au moment où j’ai compris que je perdais mon temps. Et je pars. Sans faire un tour, sans aller vers quiconque, ciao. J’aurais probablement dû en profiter pour rencontrer des sociétés présentes, aller vers l’autre, être ouverte et susciter l’opportunité. Mais voilà, je n’avais plus de jus et je me suis dit « POUCE, BASTA, en fait, je suis moi ». Uncool.

En fait j’ai pas mal culpabilisé de ne pas avoir suffisamment d’énergie ou de détermination. De ne pas être cette personne parfaite, souriante, proactive, bienveillant positivement opportuniste, la wonder woman du développement d’entreprise.

Je me suis dit que j’avais atteint une limite et j’ai laissé l’énergie revenir…

Avant d’avoir envie de le partager sur ce blog.

Donc oui, le chemin de la recherche d’emploi ou de la réorientation peut être long et sinueux.

Non, toutes les personnes qui sont recrutées ou réalisent leur projet professionnel ne sont pas des as de la communication et ont aussi leurs failles personnelles.

Cool, uncool ? Nous nous sommes uniques, nous sommes nous, ouf !

Ce serait peut-être plus simple si vous aviez un espace dynamique et bienveillant qui vous permettrait de faire part de vos questionnements, tout en étant dans une réflexion construite qui vous donne confiance.

Entrez dans un groupe collabor’actif Ensemble1job : vous aurez la méthode de travail, le e-tutorat de Ensemble1job et surtout la solidarité et l’énergie de votre groupe qui vous soutiendra à cette première étape !

A la fin de cette semaine, j’aborderai enfin cette vaste question : Est-ce que suis à place ? On parlera reconversion professionnelle…

Prenez bien soin de vous.

Leave a Reply

+